Accueil Lifestyle Pussyhat : Une initiative pour le droit des femmes et contre le sexisme au Etats-Unis !

Pussyhat : Une initiative pour le droit des femmes et contre le sexisme au Etats-Unis !
P

-

Des bonnets roses avec des oreilles de chat : voilà le dresscode qui devrait envahir les rues de Washington samedi à l’appel de la grande marche des femmes.

Leur but ?

Dénoncer les propos sexistes du nouveau Président des Etats-Unis, au lendemain de son intronisation.
L’initiative est partie de Californie il y a tout juste deux mois. Deux amies « tricoteuses du dimanche », Krista Suh et Jayna Zwenman lancent le projet « Pussyhat » sur les réseaux sociaux. Une référence en forme de clin d’œil aux propos ouvertement sexistes du nouveau locataire de la Maison Blanche, qui déclarait en 2005 pouvoir, grâce à sa notoriété, « attraper les femmes par leur sexe » – « grab her by the pussy » en anglais dans le texte.
Depuis, des milliers d’anonymes venus de tous le pays – des jeunes, des moins jeunes, des hommes, des femmes, des hétéros et des homos – se sont rapidement mis au tricot pour confectionner des bonnets roses façon chat, symbole mode et DIY de la lutte anti-Trump. Et se sont pris en photo avec ! Sur Instagram le hashtag #pussyhatproject a déjà dépassé les 18 000 occurrences et sa popularité gonfle de jour en jour.

Partie de Californie, cette opération tricot s’est propagée à travers le pays après un appel sur le net. Quelque 60.000 bonnets sont déjà prêts, et des milliers d’autres devraient l’être d’ici samedi, pour la Marche des femmes de Washington à laquelle doivent participer des vedettes comme Cher, Scarlett Johansson ou Katy Perry.

 

Pourquoi des oreilles ?

Elles symbolisent des oreilles de chat, d’où le surnom de “pussy hats” pour ces bonnets: un jeu de mots autour de “pussy cats”, reprenant le mot “pussy”, qui signifie à la fois “minou” et “chatte” dans son sens sexuel.

C’est ce mot “pussy” que Donald Trump a utilisé dans la vidéo qui avait fait scandale en octobre, où il se vantait de pouvoir se payer les femmes qu’il voulait et de les “attraper par la chatte”.

Wendy Peace était venue à l’atelier juste pour demander un bonnet. “Mais quand j’ai vu l’énergie qu’il y avait ici, j’ai décidé de rester, même si je ne sais pas tricoter. Les autres m’aident”, raconte cette actrice, pendant que passent à la boutique des femmes, et même un homme, pour réclamer leur bonnet.

Un océan de bonnets roses

“Nous essayons de récupérer le mot chatte à notre compte”, dit-elle avec émotion. “Malheureusement, beaucoup d’entre nous ont été attrapées par la chatte et c’est très important de montrer au prochain gouvernement que nous sommes unies”.

“Nous attendons un océan de bonnets roses” à Washington comme dans les manifestations de femmes prévues dans les autres villes du pays samedi, explique Maxine Levinson, qui enseigne le tricot depuis des années.

“Tricoter adoucit les tensions, la colère, ça permet de se connecter à une communauté, c’est très thérapeutique”, dit cette femme de 68 ans.

Les organisatrices du PussyHatProject avaient initialement fourni un patron pour les bonnets avec la laine fuchsia à utiliser. Mais de nombreuses femmes ont créé et partagé sur les réseaux sociaux de multiples variations, avec des couleurs qui vont du rose au violet, même parfois un peu de noir tant le mouvement a raréfié les laines rosées.

Cecile Helgesen est venue tricoter avec sa fille de 10 ans, Scarlett, qu’elle emmènera samedi à Washington.

“C’est important que Scarlett sache qu’il y a des femmes pour la soutenir”, dit-elle. Tricoter apprend à “être résistant et indépendant. Ce sont des qualités dont Scarlett aura besoin pendant ces quatre ans ou, Dieu nous préserve, les huit ans à venir”


TotalBuzz.net soutiendra toujours les causes contre le sexisme et pour le droit des femmes , en espérant que le nouveau locataire de la maison blanche entende le message et surtout le comprenne .

 

 

REJOIGNEZ GOODACTU !

Vous aussi, inscrivez-vous et partagez de bons articles sur GoodActu, le magazine alternatif et positif. Nous avons besoin de chaque personne pour nous aider à  partager notre message.

JE ME LANCE →’

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Cet article vous a plu ?

Envie de bonnes nouvelles ? Inscrivez-vous pour les recevoir par mail.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.