Accueil Non classé Permis de végétaliser : à Paris le principe cartonne !

Permis de végétaliser : à Paris le principe cartonne !
P

-

Plus de 2500 demandes officielles ont été enregistré pour le “permis de végétaliser”. Les Parisiens sont de plus en plus nombreux à se réapproprier l’espace public pour y faire pousser des tas de fruits, de fleurs et de légumes.

Donner à tous les Parisiens le droit d’utiliser les espaces publics pour y faire pousser toutes sortes de fruits, de fleurs et de légumes bio. Eh bien, bonne nouvelle, ce nouveau concept démarre très, très fort !

2 500 personnes auraient déjà adressé une demande de permis à la mairie et, parmi elles, 1 500 auraient déjà obtenu satisfaction. Des particuliers mais aussi des associations et des commerçants qui se prennent au jeu de la main verte, de la convivialité et de la reconquête de l’espace public par les citoyens. Principale condition : ne pas utiliser de pesticides !

Un exemple de trottoir végétalisé.
Un exemple de trottoir végétalisé.

Le succès est tel que L’Agence France Presse a consacré un reportage à cet engouement grandissant. Regardez : ces rues et ces trottoirs transformés en potagers, ça fait envie !

C’est super d’avoir les mains dans la terre. On pense qu’à ça, au temps présent, à ce qu’on fait. Donc, on oublie tout le reste. Je n’ai rien trouvé de mieux en thérapie.

Après les toits de bus espagnols végétalisés dont nous allons parler dans les jours à venir, la main verte arrive dans la capitale. Avec le permis de végétaliser, il est désormais possible d’avoir son propre petit coin de verdure à Paris !

Être acteur d’une capitale plus verte est devenu très simple avec le « permis de végétaliser ». Il s’agit d’un permis délivré par la Mairie de Paris, qui permet aux particuliers mais également aux associations de commerçants, de jardiner dans l’espace public. Pour l’obtenir il faut déposer une demande accompagnée d’un projet et de signer la charte de végétalisation sur le site internet de la mairie de Paris. Dans le mois qui suit, on reçoit le permis, de la terre et des graines si le projet est validé. Le permis est durable trois ans et renouvelable.

Palettes et façades

Le côté insolite de ce permis, c’est qu’il peut concerner un bout de terre sous un arbre, mais également une façade, des potelets ou toute zone dans laquelle on voudra laisser libre cours son imagination, tant que ça ne gêne personne. Par exemple dans le 10ème arrondissement de Paris, on peut trouver des palettes assemblées avec au centre des plantations. Il est possible de faire une demande de permis depuis le 30 juin 2015 en région parisienne, mesure à laquelle plusieurs milliers de personnes ont répondues favorablement. Depuis la création de cette mesure, de nombreuses autres villes françaises parlent de créer un système équivalent qui encourage l’écologie mais aussi les liens sociaux. Nous, on adore ! Est-ce que nous les verront à Lyon ?

Envie d’en profiter ?

Selon la mairie de Paris, la démarche est simple et se fait en quelques clics :

  1. Directement sur le site de la ville, déposez votre demande accompagnée de votre projet. Dans un délai d’un mois, la ville vous répond.
  2. Vous aurez également à votre disposition si vous le souhaitez un un kit de plantation, qui comprend de la terre végétale et des graines.
  3. Vous devrez ensuite signer la charte de végétalisation qui vous engage à utiliser des plantes locales et mellifères favorisant la biodiversité de Paris, à ne pas recourir à des pesticides et à veiller à l’esthétique et à l’entretien de vos plantes et supports.

La mairie annonce aussi que le permis est délivré au porteur de projet pour une durée de 3 ans, sans besoin de démarches supplémentaires pour le renouveler car ce permis est renouvelable tacitement. Prêt ? Rendez vous sur le site teleservices.paris.fr pour remplir le formulaire.

Un mur végétalisé à Paris.
Un mur végétalisé à Paris.

À en croire l’AFP, de nombreuses autres villes françaises envisagent d’encourager elle aussi la végétalisation collective de leur territoire. Vraie mesure d’éco-citoyenneté, les municipalités s’ouvrent aux enjeux sociétaux comme la co-création, les jardins partagés ou encore les espace publics collaboratifs. Vraie volonté de s’approprier la ville, serais-ce la signature d’un renouveau citoyen ?

 

REJOIGNEZ GOODACTU !

Vous aussi, inscrivez-vous et partagez de bons articles sur GoodActu, le magazine alternatif et positif. Nous avons besoin de chaque personne pour nous aider à  partager notre message.

JE ME LANCE →’

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

LU EN CE MOMENT

Derniers articles

Cet article vous a plu ?

Envie de bonnes nouvelles ? Inscrivez-vous pour les recevoir par mail.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.