Accueil Société Ecologie Le Chili souhaite devenir neutre en émission de carbone en 2050

Le Chili souhaite devenir neutre en émission de carbone en 2050
L

-

En novembre 2019, le Chili accueillera la COP 25. Un choix logique puisque le pays d’Amérique du Sud est engagé dans une ambitieuse stratégie de transition énergétique. Il vise en effet la sortie du charbon d’ici 2040, alors que cette ressource assure encore 40% de son électricité. Dans cette optique, une étape cruciale vient d’être franchie. Le Chili a annoncé, le 4 juin 2019, son intention de fermer huit centrales à charbon d’ici 2024. 

L’objectif va être gravé dans le marbre. “Le Chili veut institutionnaliser dans une loi la neutralité carbone en 2050”, a affirmé la ministre de l’Environnement du pays, Carolina Schmidt, dans un entretien à l’AFP publié lundi 17 juin. Le pays accueillera en décembre la 25e conférence de l’ONU sur les changements climatiques (COP25).

Cette loi constituera “un changement profond qui permet d’activer de façon ambitieuse l’action climatique de façon transversale dans tous les secteurs, ainsi qu’au niveau local et central”, a assuré la ministre.

Un pays très exposé au changement climatique

Le Chili deviendra ainsi “un des cinq pays au monde” à viser la neutralité carbone d’ici 2050 pour contrer le changement climatique, a-t-elle souligné. Ce pays est particulièrement exposé aux conséquences du changement climatique en raison, notamment, de ses vastes zones côtières à basse altitude et de ses nombreuses régions arides ou boisées.

Le gouvernement a annoncé en avril que plus aucune centrale à charbon ne serait construite dans le pays. Huit des 28 centrales existantes seront fermées d’ici cinq ans, l’objectif étant de produire 100% d’énergies renouvelables d’ici 2040. Une loi qui entrera en vigueur en 2022 obligera par ailleurs les entreprises à collecter directement chez le consommateur les déchets contaminants qu’elles produisent et à les recycler.

Le pari de l’énergie solaire pour remplacer le charbon

Pour augmenter la part des énergies renouvelable, le Chili prévoit effectivement de développer massivement  l’énergie solaire. À un tel point qu’en 2015, près du désert d’Atacama, le Chili distribuait l’électricité solaire gratuitement tellement elle se trouvait en abondance. Selon RFI, en seulement 4 ans, “la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique du pays est passée de 7 à 17 %“.

Signataire de l’Accord de Paris, le Chili veut donc sortir du charbon. Ce vendredi 7 juin 2019, les deux premières centrales à charbon du pays venaient d’être découplées du réseau. Un soulagement pour une partie de la population qui était victime des dégâts sur l’environnement, causés par l’exploitation intensive du charbon. Sur l’île Riesco par exemple, où une mine de 400 hectares a été ouverte en 2013 pour  fournir 80 % de la consommation de charbon du Chili pendant 30 ans, on espère que cela contribuera à préserver la nature. Car comme l’explique l’activiste, Ana Stipicic, la mine “génère des eaux acides contenant des métaux lourds qui vont affecter les eaux souterraines de l’île“.

“On ne se demande pas si cela leur plaît ou non, c’est une loi qui va obligatoirement s’appliquer” sous peine d’amendes pouvant atteindre 9 millions de dollars, a souligné la ministre

C’est pourquoi, mardi 4 juin 2019, le président chilien, Sebastian Pinera, a annoncé que huit centrales à charbon devraient fermer avant 2024. Ces centrales sont parmi les plus vieilles et les plus polluantes du pays. Leur mise en service date des années 1960.

 

REJOIGNEZ GOODACTU !

Vous aussi, inscrivez-vous et partagez de bons articles sur GoodActu, le magazine alternatif et positif. Nous avons besoin de chaque personne pour nous aider à  partager notre message.

JE ME LANCE →’

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

LU EN CE MOMENT

Derniers articles

Cet article vous a plu ?

Envie de bonnes nouvelles ? Inscrivez-vous pour les recevoir par mail.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.