Accueil En Bref Handisport : il à réussi à rallier les îles bretonnes en kitesurf

Handisport : il à réussi à rallier les îles bretonnes en kitesurf
H

-

Christophe Ballois est né sans avant-bras gauche. Ce breton s’est donné comme défi de rallier Brest à Lorient en kitesurf. Malgré un handicap de naissance, cet homme prouve bien qu’il est possible de concourir aux côtés des valides, et qu’il est possible de se dépasser.

Un homme de défis.

À 45 ans, Christophe Ballois pratique le sport depuis qu’il est jeune. Après avoir beaucoup pratiqué de windsurf entre 1996 et 2000, il a déjà réussi à se hisser dans le top 10 des meilleurs français dans les disciplines vagues (sous-discipline du kitesurf qui s’apparente au surf. Après être remonté au à la crête de la vague il s’agit de tracer les plus belles courbes dans les vagues avec soin kite.).  Après avoir bien pris sa place dans le milieu, il se met petit à petit au kitesurf dés 1999 tout en continuant les disciplines à planche

À côté de ses disciplines de prédilection en kite (“vagues” et “ windsurf “), Christophe fait beaucoup de foil, et s’est mis à la vitesse depuis 2014. Il réalisera sa première course de kitespeed au Mondial du Vent cette même année. Le Rennais a obtenu un temps incroyable, qui l’a propulsé dans le clan des rois de la vitesse. Le kitespeed est en effet une discipline extrême du kite aux sensations incroyables, il semblerait. Le 23 octobre 2015, il réalisera même un record de vitesse handisport à Luderitz (Namibie) et entrera dans l’histoire de cette discipline à la vitesse ahurissante de 42,94 nœuds atteints en moyenne sur 500 mètres soit environ 80km/h.

Photo de Christophe Ballois.
Photo de Christophe Ballois.

Handicap de naissance

Son parcours est incroyable et est inspirant pour beaucoup de sportifs. En ajoutant son handicap à la donne, Christophe impressionne. Depuis sa naissance, le kitesurfer a dû apprendre à vivre avec un bras. En raison d’une agénésie de naissance, comme Bionic Body, ce n’est pas cet obstacle qui l’a arrêté. Il à confié lors d’une interview à Melty que la grosse difficulté réside généralement dans l’apprentissage.

Avant le kite, j’avais beaucoup navigué en windsurf, je connaissais bien les notions de vent, d’eau, de clapot… Le plus compliqué, à mes débuts, était de piloter le kitesurf et de récupérer ma planche, lorsque je la perdais. J’ai une agénésie de naissance, c’est-à-dire que je suis né sans avant-bras gauche. Il y a certains sports que je pratique avec une prothèse, comme le BMX. Par contre, en kitesurf, j’évolue totalement sans prothèse. Je navigue d’une seule main et, à certains moments, je m’aide du coude gauche. Du coup, il est plus difficile pour moi de “couper la puissance” du kite et cela m’oblige à compenser avec les jambes.

Il confie également que l’autre grosse difficulté résidait dans le fait que du matériel mal réglé l’indisposait pour naviguer. Ne pouvant pas composer le réglage par le physique, l’étape de préparation est indispensable et millimétrée. Cette rigueur dans la préparation du matériel est une de ses forces.Il dit être devenu très bon régleur, très bon metteur au point. Le breton prend donc beaucoup de temps pour disposer du meilleur matériel, avec les meilleurs réglages possibles, et de faire évoluer ce matos pour se rapprocher des performances des leaders.

Rallier les îles bretonnes

Même avec un brillant palmarès à 45 ans, Christophe ne s’arrête pas là. En effet, Le Breton qui a également dépassé les 46 noeuds en kitesurf au large de Goulven (dans Finistère) fin mars établissant un record dans le secteur se lance un nouveau défi. Rallier Brest à Lorient en passant par les îles de la mer d’Iroise, un parcours de plus de 260 miles nautiques (460 km). Ce dimanche, il faisait la traversée de Molène à Ouessant, un défi particulièrement dangereux puisqu’il faut traverser le passage du Fromveur, un courant dont la force peut atteindre 9 nœuds (plus de 16 km/h).

le Malouin Christophe Reischle et le Rennais Christophe Ballois, à l'arrivée à Saint-Malo. | Isabelle Lê
Le Malouin Christophe Reischle et le Rennais Christophe Ballois, à l’arrivée à Saint-Malo. | Isabelle Lê

Une île par jour

Vous aurez compris, l’objectif du kitesurfer n’est pas à exploser les compteurs, mais de garder le rythme. Depuis l’aller-retour Saint-Malo-Jersey réalisé l’année dernière en compagnie du Malouin Christophe Reischle , Christophe Ballois cherchait un nouveau défi et l’a trouvé. Accompagné d’une équipe choisie parmi ses camarades de confiance, il s’est lancé le 3 juin. Des vedettes de la SNSM se relayeront le long des côtes bretonnes pour assurer la sécurité de Christophe.

La zone entre Molène et Ouessant est une zone à forts courants contraires donc ce sera compliqué surtout pour le foil. La jonction entre Ouessant et Sein, qui est en haute mer à 25 kilomètres au large de Crozon, est aussi une zone où il y aura de la mer très agité

Le Parcours du breton le long des îles. Carte : France 3.
Le Parcours du breton le long des îles. Carte : France 3.

Nous suivrons un peu son périple le long des côtes bretonnes et nous lui souhaitons bon vent 😀

REJOIGNEZ GOODACTU !

Vous aussi, inscrivez-vous et partagez de bons articles sur GoodActu, le magazine alternatif et positif. Nous avons besoin de chaque personne pour nous aider à  partager notre message.

JE ME LANCE →’

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

LU EN CE MOMENT

Derniers articles

Cet article vous a plu ?

Envie de bonnes nouvelles ? Inscrivez-vous pour les recevoir par mail.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.