Accueil Société Ecologie Fix Your Street : l'Irlande en figure de proue de la collaboration citoyenne 2.0

Fix Your Street : l’Irlande en figure de proue de la collaboration citoyenne 2.0
F

UN ARTICLE PARLANT

-

Aider les autorités irlandaises à repérer les défaut sur la voie public et à les aiguiller pour les atteindre. C’est le bût de Fix Your Street, un dispositif qui soufflera bientôt ses 6 bougies.

Au royaume de la bière, les dégradations sur la voie public sont monnaie courante comme dans nos grandes villes. A Dublin un projet-pilote appelé Fix Your Street à vu le jour dans la tête des occupants de la mairie. Ce service 2.0 permettrait aux citoyens d’aider les services techniques de la ville à savoir ou sont les besoins. Partant dans l’idée de rendre service à la ville et à ses habitants grâce à ces mêmes destinataires, c’est tout naturellement que la mairie s’est destiné à se tourner vers les applications mobiles.  Avec près de 2 millions d’habitants, la ville de Dublin peut être une ville-pilote de référence pour tester le projet.

Un vélo abandonné à Beijing
Un vélo abandonné à Beijing

Tout commence en 2011

L’aventure commence en 2011. Un élu du comté sud de la capitale irlandaise suggère la création d’une plate-forme numérique permettant aux citoyens de signaler des problèmes non urgents concernant la vie de la cité : « Nous avons tout de suite pensé à une carte en ligne localisant ces témoignages », se souvient l’informaticien Ronan Herron.

Certaines villes aux Etats-Unis utilisaient des solutions privées telles Seeclickfix.com, mais leurs systèmes propriétaires ne nous tentaient pas. C’est là que nous avons découvert Ushahidi.

L’équipe irlandaise est séduite par l’initiative kényane dont l’accès libre (« open source ») est, selon l’informaticien, très en phase avec l’idée de service public et l’état d’esprit de leur bande de codeurs. « Nous avons téléchargé le programme et l’avons adapté à notre projet participatif », poursuit Ronan Herron.

Le projet

Fix Your Street permettrait aux personnes de signaler à la plateforme une dégradation quelconque, de la géo-localiser sur une carte et de faire le lien avec les services techniques de la ville. Sur le papier la solution parait simple et facile à) mettre en oeuvre. Reste que ce service soit un service accessible à tous, pour le meilleur comme pour le pire. Ce constant introduit la notion de filtre. Parmi toute les demandes, certaines peuvent s’avérer caduque ou non-avenue.

Déja plus de 5 ans

Fix Your Street à vu le jour le 2 août 2011. Déployé en premier par la ville de Dublin, depuis 2013 la plateforme peut être déployé pour s’adapter aux villes de toute la province irlandaise. Avec plus d’une dizaine de plaintes tous les jours, la plateforme remplie bien son rôle et permet aux services municipaux de traiter les dégradations plus efficacement.

Cette organisation trouvée a permis une montée en puissance très rapide de la plate-forme : la carte en ligne s’est agrandie au fil des mois, à tous les quartiers de Dublin, puis à l’ensemble des régions. Et logiquement, des plaintes citoyennes sont arrivées de tout le pays.

La page d'accueil du site avec la carte des plaintes des citoyens irlandais
La page d’accueil du site avec la carte des plaintes des citoyens irlandais

En 2011, nous recevions 1 900 dossiers sur l’année, nous en gérons désormais au moins six fois plus. Chaque jour, de 20 à 30 sollicitations citoyennes nous parviennent

constate Ronan Herron. En tête des tracas les plus cités par les Irlandais  – un palmarès constant depuis quatre ans –, les ordures et décharges illégales, les chaussées et trottoirs cabossés et enfin, l’éclairage public défectueux. Un modérateur payé par la ville s’occupe de modérer les plaintes et de les re-diriger vers les services compétents.

La plate-forme est en quelque sorte victime de son succès. « Le service de gestion des usagers de Dublin n’était pas dimensionné pour accueillir les plaintes de tout le pays », explique l’informaticien qui a été chargé du déploiement national du site. D’où la réflexion actuelle sur une nouvelle organisation. « Fixyourstreet s’intégrerait idéalement dans une offre de services partagés gérée par l’Etat. Cela aurait du sens, estime Ronan Herron. C’est pour cela, d’ailleurs, que nous avons conservé l’intitulé béta sur la page d’accueil, car c’est encore en test national. »

Un bond pour l’éco-citoyenneté

La citoyenneté, de nos jours ce cheval de bataille se révèle dans nos nos métropoles modernes. De jour en jours, de nouveaux outils collaboratifs se crée pour mieux vivre dans nos villes. De OnlyMoov’ (à Lyon) à FixYourStreet (En Irlande) en passant par les solutions indépendantes comme Waze, de nombreuses applications citoyennes voient le jour. Une marque d’un renouveau citoyen orienté vers les systèmes d’information. Le geste collaboratif et citoyen serais-t’il conditionné par ces solutions mis en place par les grandes villes ? Parmis d’autres types de solution eco-citoyenne, nous pouvons parler de la mairie de Paris qui mène une nouvelle politique permettant aux parisiens de végétaliser leur bout de trottoirs. Si si.

FixYourStreet marque dans la capitale irlandaise le renouveau de l’économie collaborative et de la citoyenneté, en mode 2.0. Comme New York et leurs vélos en libre service, comment vont se distinguer les métropoles mondiales pour proposer à leur citoyens de nouveaux services ?

REJOIGNEZ GOODACTU !

Vous aussi, inscrivez-vous et partagez de bons articles sur GoodActu, le magazine alternatif et positif. Nous avons besoin de chaque personne pour nous aider à  partager notre message.

JE ME LANCE →’

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

LU EN CE MOMENT

Derniers articles

Cet article vous a plu ?

Envie de bonnes nouvelles ? Inscrivez-vous pour les recevoir par mail.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.